Entre technique et politique : systèmes défensifs de Phocide et de Locride

À la croisée des routes commerciales, militaires et religieuses du monde grec, les fortifications de Phocide et de Locride passent pour être bien étudiées. Néanmoins, le nombre de sites connus, notamment s’agissant des tours et des citadelles de montagne, s’est accru ces dernières années et les périodes de construction des fortifications urbaines ne sont pas toujours établies avec exactitude, faute de fouilles ou d’études précises.

Si l’appareil des fortifications a souvent été photographié et commenté, les études fines de topographie et d’urbanisme montrant la manière dont la fortification interagit avec le territoire font souvent défaut. 

Il est également nécessaire de rendre à ces fortifications leur épaisseur chronologique : le IVe siècle n’est pas le IIe, et ces sites ont souvent été réoccupés à fin défensive pendant l’Antiquité tardive, à l’époque médiévale et parfois jusqu’à l’époque contemporaine.

Le présent projet vise à produire de nouvelles connaissances, non seulement sur les techniques mises en œuvre, mais aussi sur l’histoire des sites et sur ce que nous apprend le phénomène de la fortification sur les communautés politiques (cités, confédérations) dans une région qui à plusieurs reprises a été en première ligne des affrontements entre puissances hégémoniques. L’enquête prendra la forme d’opérations de terrain (relevés, prospections, fouilles) soutenues par l’EfA et menées en collaboration avec l’Ephorie de Phocide, le CNRS (IRAA, LA3M) et plusieurs universités françaises.

Dans un premier temps, l’enquête se focalisera sur la zone frontière entre Phocide et Locride et sur les sites fortifiés qui la bordent, notamment à Delphes, Kirrha et Amphissa. Il s’agira, par ces exemples très différents quoique voisins, de produire une étude des vestiges qui s’appuiera sur des relevés menés avec les techniques les plus récentes. Grâce à la collaboration entre archéologues grecs et français, l’enquête intégrera les résultats des anciennes fouilles programmées ainsi que celles des fouilles de sauvetage dont nombre sont restées inédites. Ce travail de synthèse permettra une étude plus précise et mieux documentée du phénomène de la fortification, de ses moyens et de son contexte, tant technique que politique.

N. Kyriakidis (EFA – Université Paris VIII Vincennes-Saint-Denis) et St. Zugmeyer (IRAA-CNRS, AMU)